Qu’est-ce que le Yarn Bombing, ce tricot urbain ?

Noter cet article: 
Aucun vote
yarn bombing tricot urbain

Le tricot, une activité de loisir un peu dépassée ? Absolument pas ! Non seulement, il fait de plus en plus d’adeptes chez les jeunes, mais il est en passe de devenir le roi du street art (ou art de la rue). Si ! Si ! Avec le Yarn Bombing, le tricot urbain, les tags et graffitis n’ont qu’à bien se tenir. On vous dit tout sur ces tricots de ville qui s’imposent sur les arbres, les vélos, les lampadaires... de fils en aiguilles !

Le Yarn Bombing, mais qu’est-ce que c’est ?

Le Yarn Bombing, c’est l’art d’habiller la ville avec des tricots ! Oui, vous avez bien lu... Et tout peut y passer : un simple mobilier urbain comme un lampadaire, un banc, une rambarde d’escalier, un grillage mais aussi des monuments comme une statue ou un pont. On trouve même des tricots sur les arbres, les roues de vélo, les voitures, les bus... C’est créatif, drôle, inattendu. Ça met de la couleur dans la grisaille, c’est pop quand il fait beau. Bref, ça surprend, ça fait sourire, ça met de bonne humeur. On adore !

 

Surtout que le Yarn Bombing est fait pour être éphémère ! Les tricots urbains disparaissent comme ils sont arrivés : sans laisser de trace et donc sans abîmer la nature, la pierre, le métal ou le béton. En gros, cette pratique est respectueuse de l’environnement. Bon point !

Ce n’est d’ailleurs pas le seul :

  • Elle permet de finir des pelotes ou de recycler une laine défrisée.

  • Quelques défauts de mailles ici et là ? Ce n’est pas très grave car pas très voyant ! Du coup, les débutants en tricot peuvent s’y mettre.

  • Cette activité laisse libre cours à l’imagination. Motifs précis ou improvisation en fonction de ce que l’on a sous la main : tout est permis !

  • Plus on est fous, plus on rit ! En général, un projet Yarn Bombing se fait à plusieurs. Une belle œuvre collective !

Aujourd’hui, le Yarn Bombing, qu’on appelle aussi « Knit Graffiti » ou « Yarnstorming » s’est développé pour devenir l’art de couvrir avec du fil. On trouve donc des tricots urbains en crochet, dentelle, macramé.... Ça donne le choix des loisirs !

 

Le Yarn Bombing, mais d’où ça vient ?

C’est à Houston, en 2005, que tout a commencé. L’Américaine Magda Sayeg y tient une mercerie. Un jour, elle s’amuse à recouvrir la poignée de son magasin d’un tricot. Un détail qui ne passe pas inaperçu aux yeux ou aux sourires des passants. Il ne lui en faut pas plus pour recouvrir d’autres éléments dans les rues : le Yarn Bombing est né !

 

Très vite, cette tendance se développe dans différentes villes et pays. On trouve désormais ces graffitis en tricot un peu partout dans le monde : Pays-Bas, Allemagne, Espagne, Dubaï, Chine, Chili... Excellent ! Cette mouvance est particulièrement bien portée en Europe, notamment en Angleterre grâce au mouvement « Knit the City » (qui signifie « tricote la ville »). Il réunit de nombreux artistes désireux de changer le quotidien.... ou du moins sa vision ! Leur ambition : créer de vraies galeries d’art à ciel ouvert en embarquant des fans anonymes de tricot dans cette aventure. Tout un beau programme !

 

Et en France ? Il faut attendre 2009 pour voir pousser des premières initiatives. Le collectif France Tricot a été le pionnier et on lui doit beaucoup ! Depuis, les projets poussent de Nantes à Lyon, d’Anger à Nice, de Bordeaux à Metz et bien sûr, à Paris. Une contagion créative dans tout l’hexagone. Top !

 

Le Yarn Bombing, mais comment on s’y met ?

Bon, maintenant qu’on vous a bien donné envie, il faut qu’on vous avoue un hic : le Yarn Bombing ne se pratique pas comme ça... Pour habiller sa rue ou son quartier de tricots, il faut que cela se fasse via une commande des pouvoirs publics. Ou au moins avec une autorisation municipale ! Sinon, on s’apparente aux tags ou graffitis sauvages... Dommage !

 

Mais qu’à cela ne tienne ! Pour vous lancer, vous pouvez :

  • Mener l’enquête pour savoir s’il existe un groupe près de chez vous que vous pourriez rejoindre. Tapez « Yarn Bombing » et le nom de votre ville dans un moteur de recherche. En général, c’est assez efficace pour trouver des pistes.

  • Contacter les collectifs les plus actifs pour connaître leur projet et voir s’ils cherchent des participants bénévoles... même en tricotant à distance ! Certains d’entre eux lancent parfois des appels à candidatures. De quoi devenir dès à présent « amis » sur les réseaux sociaux pour rester informés.

  • Penser à un projet précis pour un square, une rue, ou à l’occasion d’un événement et le proposer en Mairie.

En attendant de trouver ce qui vous permettra de sortir vos pelotes et vos aiguilles à la bonne taille, rien ne vous empêche de pratiquer le Yarn Bombing dans votre jardin, sur votre terrasse ou votre balcon ! Oui, ça peut être sympa de tricoter pour vos arbres, vos chaises, votre garde-corps... et surprendre vos voisins, vos proches, vos invités !

 

L'astuce en + :

Yarn Bombing ou autres idées déco tricot : dans tous les cas, on choisit des types de fibres à tricoter faciles d'entretien !

 

Vous connaissiez ? Vous avez déjà vu ces tricots de ville ? Ça vous tente ? Partagez vos impressions sur le Yarn Bombing dans les commentaires !

 

Commentez

(0 commentaire)

Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire avec votre pseudo
la belle adresse footer
Le site utilise des cookies pour vous permettre une navigation optimale et vous proposer des offres personnalisées. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies.En savoir plus